News in 2018

Une condamnation injustifiée met l’accent sur l’absence de traducteurs.

Written by Pipelette Translations in category 

Cela est réellement arrivé en Australie à Gene Gibson, un jeune homme timide de la petite communauté du Désert de Kiwirrkurra.

Gene Gibson

La première langue de Mr Gibson est le Pintupi, et le Kukutja est sa deuxième langue. Son anglais est limité et s’est aggravé à cause d’une déficience mentale. Il a soutenu qu’il ne comprenait pas le processus judiciaire ni les instructions qui lui avaient été données par un interprète et donc la police n’avait pas écouté son histoire.


Mr Gibson a été incarcéré pour homicide involontaire de Josh Warneke en 2014, il ne se serait peut-être jamais retrouvé coupable s’il avait eu un interprète qualifié pour l’aider à communiquer et comprendre des informations cruciales lors de ses échanges avec la police.

Mr Gibson a été condamné en 2014 à sept ans et demi de prison. Il a d’abord été accusé de meurtre, mais a plaidé coupable pour homicide involontaire après que les entretiens avec la police aient été jugés irrecevables pour plusieurs raisons, y compris l’absence d’interprète qualifié.

Josh Warneke

Plus tôt ce mois-ci, il a déclaré à une conférence d’avocats criminels à Bali que cette langue causait un « désavantage important » pour les Autochtones dans le système judiciaire, les services de traduction de Western Australienne (WA) n’étant pas disponibles pour tous ceux qui en avaient besoin.

Si nous ne disposons pas de services d’interprète adéquats et efficaces pour les Autochtones, ils continueront à entraver le système de justice pénale », a-t-il écrit dans une soumission à une enquête du Comité Sénatorial.

Il existe environ 45 langues autochtones au Kimberley, dont beaucoup sont menacées de disparaître. Moins de 600 personnes parlent le Pintupi, selon la base de données sur les langues autochtones australiennes.

Un autre problème est que le service d’interprétation de la langue autochtone de WA est le seul à lutter pour le financement.

Le Service d’interprétation de Kimberley (KIS) dépend de l’argent fédéral après avoir été dépouillé de fonds par le gouvernement WA ces dernières années.

Mais son directeur général, Dee Lightfoot, a déclaré qu’elle avait l’espoir d’obtenir de l’argent du gouvernement de la Nouvelle-Zélande, et le trésorier Ben Wyatt a écrit pour l’informer qu’il révisait sa demande.

Elle a déclaré que M. Gibson avait besoin d’un interprète pour l’aider à le guider dans le système judiciaire dès le début.

La Cour d’appel a mis en évidence de nombreuses lacunes et incompétences dans la façon dont les Services juridiques Autochtones ont géré le cas de Gene.

Toutefois, la condamnation de Mr Gibson a été annulée dans une décision unanime de la Cour d’appel.

No Responses

    Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *